Home > Communiqués de Presse > Serres chauffées : le Comité National de l’AB doit dire non à ...
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Serres chauffées : le Comité National de l’AB doit dire non à l’OPA de l’agro-industrie sur la bio !

10.07.2019
 
Communiqué de presse du 10 juillet 2019

 

Ce mercredi se tient une réunion préparatoire à la tenue du Comité national de l'agriculture biologique (CNAB) de l'INAO du 11 juillet. Ce jeudi, le CNAB doit en effet trancher le dossier des serres chauffées en bio.

 

Accusée d'avoir une « posture idéologique » sur ce dossier par le quintette « FNSEA*-APCA*-Légumes de France-Felcoop-Coop de France » dans un communiqué commun, la Confédération paysanne réitère son opposition au chauffage des serres bio en hiver, sauf production de plants et mise hors gel. Elle appelle donc le CNAB à ne pas reporter sa décision, à ne pas céder à la pression de l'agro-industrie et à refuser cette autorisation, malgré la volte-face du Ministre de l'Agriculture hier au Sénat. Cette opposition, la Confédération paysanne l'avait exprimée dès le mois de mai dernier, en quittant le Comité bio d'Interfel après l'élection d'un co-rapporteur notoirement favorable à l'autorisation du chauffage des serres en hiver pour l'AB.

 

Avec opportunisme, la FNSEA* s'auto-proclame en « défenseur de l'agriculture biologique », alors même que sa Présidente demande régulièrement la fin des aides au maintien à la bio auprès du Ministère.

 

Travestir la vérité en faisant de la tomate « un fruit de printemps » et aller ainsi à l'encontre d'un des principes de l'agriculture biologique - à savoir le respect de la saisonnalité des fruits et légumes - témoigne aussi de la voracité d'une agro-industrie qui souhaite faire main basse sur un secteur, après n'avoir eu de cesse de le stigmatiser.

 

Quant à la question de la concurrence des productions, argument invoqué par les « pro chauffage », la Confédération paysanne propose elle, depuis plusieurs mois, la mise en place de prix minimum d'entrée sur les fruits et légumes importés, afin d'agir sur les distorsions de concurrence dans la filière. Car notre priorité est bien de redonner du revenu et de l'autonomie à l'ensemble des paysannes et paysans et non d'opérer une OPA sur la bio, considérée comme un nouveau « marché » de masse à conquérir.

 

La bio ne réussira pas à se déployer sans se poser des limites sociales, environnementales et énergétiques. C'est à ce prix qu'elle continuera à être reconnue et plébiscitée par nos concitoyen-nes : les supposées contraintes d'alors deviendront rapidement des atouts permettant différenciation et rémunération.

 

 

Contacts :

-          Nicolas Girod, Porte-parole national : 06 07 55 29 09

-          Damien Houdebine, Secrétaire national : 06 64 29 17 79

-          Caroline Nugues, Chargée de communication : 06 95 29 80 78

 


Contacts :
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Normandie
Confédération paysanne Normandie
51 quai de juillet - 14000 CAEN